Fin de la navette autonome Navya à la Défense

Navette autonome Navya

Paris La Défense a annoncé l’arrêt de sa navette autonome Navya après 2 années d’exploitation.

Malgré un certain succès de curiosité au début, et après 6 mois d’arrêt technique, les gens se sont vite rendus compte de l’inutilité du concept : un engin qui se déplace à 7 km/h maxi et où il faut parfois se tenir debout n’intéresse personne. Avec les temps d’attente on va aussi vite à pied !

La Défense aurait plutôt besoin d’un People Mover comme à Détroit ou d’un Supraways : voir l’article.

Seulement, voilà : manque d’ambition, manque de réalisme, manque d’innovation de nos politiques et aménageurs et aveuglement dogmatique des écolos-bobos pour la voiture électrique continuent de… polluer le débat !

Savent-ils qu’il faudrait deux centrales nucléaires pour alimenter un parc automobile français tout électrique ?

Réalisent-ils que l’énergie fossile a encore de beaux jours devant elle avec l’ouverture de nouveaux gisements qui deviennent rentables au fur et à mesure de l’augmentation des coûts du pétrole ?

Plus que jamais, le besoin de transport en commun est individuel et les trains de véhicules autonomes à motorisation hybride pétrole/électrique ou hydrogène/électrique répondent seuls au vrai besoin et au cahier des charges d’un utilisateur moyen.

Plus que jamais, l’innovation doit porter sur le recyclage des batteries, les filtres à particule, les réductions de consommation, le gain de poids et l’augmentation de la vitesse, facteur de progrès dans tous les domaines.